Cela pourait vous paraître « petit » mais c’est déjà un commencement …

Posté par LPBSM le 21 septembre 2016

Bonjour,

 

Je tiens à vous faire part d’un article reçu ce jour et produit par « La Nouvelle Tribune » (journal marocain) mais qui nous concerne tous .

 

 

« Une trentaine de pays vont confirmer formellement mercredi leur adhésion à l’accord de Paris sur le climat, ce qui rapprochera ce texte de sa mise en oeuvre effective, a indiqué mardi l’ONU.

Ces pays vont remettre leurs instruments de ratification à l’occasion de l’Assemblée générale de l’ONU.

Il s’agit de plusieurs Etats latino-américains (Argentine, Brésil, Mexique), ainsi que de Singapour, la Thaïlande, le Bangladesh et les Emirats arabes unis notamment.

La France, qui a complété sa procédure nationale de ratification depuis juin dernier, va elle aussi présenter à l’ONU un document mercredi. Il indique qu’elle est « prête à déposer ses instruments de ratification » dans le cadre d’un dépôt coordonné au sein de l’Union européenne.

Pour l’UE en effet, ratifier un tel accord international suppose de le faire en tant qu’Union, mais aussi par chaque Etat membre.

L’accord conclu à Paris en décembre 2015 ambitionne de contenir le réchauffement climatique sous le seuil de 2°C par rapport au niveau pré-industriel.

Pour entrer en vigueur, il doit être ratifié par 55 pays, qui doivent totaliser 55% des émissions de gaz à effet de serre.

Pour l’instant, à la date de mardi, le chiffre est de 29 pays représentant 40% des émissions, selon la Convention-cadre de l’ONU sur les changements climatiques.

La ministre française de l’Environnement et présidente de la COP21, Ségolène Royal, a indiqué lundi à l’AFP qu’elle était optimiste sur une entrée en vigueur de l’accord d’ici le début de la COP22 au Maroc le 7 novembre.

La ratification du texte début septembre par Pékin et Washington, deux des principaux pollueurs de la planète, a accéléré les choses.

Le nouveau président brésilien Michel Temer a aussi réaffirmé mardi à la tribune de l’Assemblée générale la volonté du Brésil d’appliquer l’accord de Paris, que le pays a ratifié lundi.

Le Brésil « est une puissance environnementale, avec un engagement sans compromis en faveur de la protection de l’environnement », a affirmé M. Temer.

LNT avec Afp« 

 

.

.

J.M. MARTIN pour LPSM

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Journée du Pas très moi …

Posté par LPBSM le 18 septembre 2016

Bonjour,

 

Ce n’était sans doute pas ma journée, car arrivé vers 11h. au Château d’eau de la rue Gallet, on m’annonce, ou plus exactement, je demande aux gens qui font la queue depuis combien de temps ils attendent et ils me précisent qu’il est nécessaire d’avoir une carte d’identité pour accéder au site ??? .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’ai bien ma carte grise mais il n’y a pas de photo dessus … donc : « Non, monsieur », à 70 ans vous pourriez être un grand terroriste, mais si vous aviez l’intention de tout faire péter avec une carte d’identité falsifiée, vous pourriez entrer sans le moindre problème … !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’ai encore revérifié, mais aucune mention sur le site de la ville n’indique une quelconque obligation de se munir de ses papiers d’identité avec photo incluse !!!

Sinon la queue pour la visite était presque ridicule par rapport à celle des fouilles archéologiques entreprises avant que :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ne construise son :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

… était dix fois plus importante .

Rue de la Cochardière (*1), les gravois s’accumulaient :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Si je vous parle du stationnement sur le trottoir tout le long de la rue Saint-Martin, dont j’ai évité de prendre des photos, car il était difficile pour un piéton de pouvoir marcher de face en remontant la rue, sans se heurter à un rétroviseur, j’imagine juste la difficulté pour un handicapé en fauteuil pour essayer d’accéder à ce site  .

Ceci est un journal d’humeur et je sais parfaitement qu’il est plus facile d’émettre des critiques que de penser à tout en organisant une manifestation ponctuelle  .  Mais permettez-moi de dire qu’il est vraiment nul de ne nous avoir pas prévenu sur le site de la ville qu’il était primordial de se munir d’une pièce d’identité comportant une photo … !!!!

Pour la petite histoire, et je reviens sur le château d’eau, j’ai rencontré un autre couple dont Monsieur possédait sa carte d’identité mais pas son épouse ; ce Monsieur, avec beaucoup d’humour, à dit à mon épouse que puisqu’elle possédait la sienne et moi non, ils pouvaient visiter le site ensemble … j’ignore pourquoi mais sa propre épouse ne semblait ravie par cette proposition ???

En revanche, j’ajoute que certaines personnes semblaient prioritaires ayant réservées leur visite sur un site qui ne m’a pas été communiqué (je suis suffisamment actif sur la ville de Rennes) pour m’étonner de cette non-information .

.

Pour LPBSM .   J.M. MARTIN

P.S.:

(*1)  https://www.armorial.org/produit/12090-cochart_de_la_cochardiere.html


Voir  l’ancien manoir de la Cochardière (XVII-XXème siècle). Propriété de la famille Bastard, sieurs de la Closture en 1667 sur le site : http://www.infobretagne.com/vezin-le-coquet.htm

20160923_131022

Vous noterez que Ouest-France nous fait une comparaison entre la visite du parlement de Bretagne et les dernières fouilles derrière l’Hôtel Dieu qui sont comparables ; ce qui prouve bien que nos concitoyens sont vraiment intéressés par l’histoire de Rennes et le comité « Mémoire » que je préside à l’heure actuelle a pour vocation de façon complètement bénévole d’aller dans ce sens et de faire réapparaître les histoires oubliées après seulement 20 ans d’existence .   Nous nous souvenons bien de ce qui nous est arrivé dans notre petite enfance, mais nous sommes, en général, incapables  de nous rappeler des dates précises d’évènements marquants nos vies d’adulte après plus de 20 ans écoulés .   Je ne suis pas immortel et j’espère bien que d’autres prendront le relais pour soutenir un projet qui nous intéresse tous, comme le prouve à l’évidence cet article .  Si j’ai réussi par cet humble article à créer des vocations, n’hésitez pas à nous laisser un message pour que perdure une belle action dont vous serez peut-être les acteurs .

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Une braderie bon enfant en 2016

Posté par LPBSM le 17 septembre 2016

Bonjour,

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette braderie, organisée par le Comité de quartier Saint-Martin, est encore une réussite cette année .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pas d’incident majeur, mais la sécurité était très présente et tout avait été prévu :

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’aspect sécuritaire ne se sentait pas du tout lorsqu’on parcourait les nombreuses extensions des stands :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le côté festif était prédominant et tout le monde semblait détendu .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Que ce soit le long du canal ou vers la Maison Bleue, l’ambiance était à l’insouciance et à la découverte de l’objet unique qui allait nous permettre de transformer notre environnement à moindre coût .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La queue sur le trottoir qui déborde l’accès interne du DAB (Distributeur Automatique de Billets) du Crédit Agricole, rue de Saint-Malo, prouve, ô combien, cette braderie à encore une fois été positive pour tous …

Malgré un temps très couvert (c.f. avant dernière image supra), alors que les prévisions météorologiques nous annonçaient un super soleil pour ce week-end, nous avons pu échapper à la pluie alors que des cumulus très noirs n’arrêtaient pas de défiler au-dessus de nos têtes avec un vent, heureusement, conséquent .

.

Pour LPBSM   J.M. MARTIN

.

.

P.S. :

Si certaines personnes ne souhaitent pas voir leur visage figurer sur les photos produites, je peux flouter leurs visages sans le moindre problème .   Qu’elles me préviennent sur les commentaires et cela sera réalisé en un tour de main .

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Actualité rennaise et aoûtienne – que vous ne lirez pas dans les journaux – mais l’expo tourne …

Posté par LPBSM le 4 août 2016

OLYMPUS DIGITAL CAMERA      Bonjour,       OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Non, l’exposition « Au fil de l’eau« , qui a eu beaucoup de succès au festival « d’O canal », n’est pas terminée et va tourner dans différents lieux symboliques de ce beau quartier .

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Oui, elle est visible jusqu’au jeudi 18 août de :

9h. à 18h.30 et de 19h.30 à 21 h. du lundi au vendredi

9h.30 à 12h.30 et à partir de 17h.30 le samedi et le dimanche

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

à l’Auberge de Jeunesse

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

10-12, canal Saint-Martin

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tel :  02 99 33 22 33

Pour toutes celles et tous ceux qui n’ont pas eu la possibilité de voir l’exposition fin juin et qui reviennent de leurs vacances de juillet, voilà une occasion agréable de se cultiver dans un cadre qui ne l’est pas moins .   J’ajoute que si la porte de la salle OLYMPUS DIGITAL CAMERA devait être fermée pour des problèmes de sécurité, vous pouvez vous adresser à l’accueil où on vous ouvrira la salle avec la sympathie de l’équipe de l’Auberge de Jeunesse .

Il est important de savoir que tout ceci n’est possible qu’avec l’aide organisatrice de la D.Q.N.O. (Direction du Quartier Nord Ouest) qui nous aide de façon sérieuse et responsable pour permettre de divulguer l’histoire de ce quartier et de son évolution .

Pour LPBSM   J.M. MARTIN

.

.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Actualité rennaise qui passera inaperçue dans les journaux …

Posté par LPBSM le 30 juillet 2016

  OLYMPUS DIGITAL CAMERA     Bonjour,

 

Nous allons aborder les inévitables travaux (qui fleurissent dans toute la ville pendant les mois « d’été ») mais en prenant comme exemple « la rue haute » .

Plan de 1726 Gabriel succède à Robelin

En effet, il y a moins de 300 ans, la rue menant à Saint-Malo (hors les murs de la ville) et partant de l’église Saint-Aubin était appelée : la rue haute  ; par opposition à l’actuelle rue de Dinan  qui était appelée : la rue basse (en parcourant les deux, à partir du pont Saint-Martin, on comprend aisément pourquoi ; ici, j’ajoute une petite pensée pour nos amis cyclistes que je vois régulièrement peiner pour gravir cette portion de rue menant au carrefour avec la rue Legraverend et de l’Hôtel Dieu … tout un symbole !) .

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

A l’évidence, les restaurants qui n’avaient pas fait le plein de boîtes de conserves avant travaux (comme on peut le voir chez certains libanais … j’ai des photos de livraisons le prouvant), ont été obligés de fermer à cause du bruit des pelleteuses ne prédisposant pas à la sérénité d’un repas .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur cette annonce, vous pouvez noter le numéro de téléphone de « Pleine Mer » ; un restaurant qui privilégie la qualité des produits frais plutôt que celles des boîtes de conserve que vous pouvez acheter beaucoup moins cher aux « supermarchés » du coin .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

IMGP0272 sauvages plates - 18 février 2016 IMGP0309

Il devenait difficile de pouvoir consommer mi-mai des huîtres plates (la saison de la récolte arrivant à sa fin) . Seules les huîtres creuses étaient alors disponibles (photos de gauche) .

Le respect de la reproduction des huîtres a fait en sorte que la saison de la production de « la moule de bouchot » (A.O.P. *1), donnant sa maturité en juin et sa plénitude en juillet-août puisse prendre la relève du « Bar à huître » .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Même si ce restaurant a changé de nom et de propriétaire au mois de novembre 2015, la philosophie du produit frais, instaurée par sa devancière, est restée intacte .

IMGP0063

Eric MAYER propriétaire de « Pleine Mer »; ici, le 10/12/2015

Guénola Elisabeth ROUZIC

Guénola Elisabeth ROUZIC ancienne propriétaire de la « Moule Rieuse » et du même restaurant renommé « Au Maître Casse-Croûteur »

« La Moule Rieuse » fut créé quand Guénola se mit à son compte fin juin 1994 alors qu’elle était jusqu’alors cuisinière du restaurant « Les Germaines » au n°7 de la place Saint-Germain (restaurant qui a fermé depuis) .

Au Maître casse-croûteur 03 ouverture sept 2014

Musicienne dans l’âme (*2) et amoureuse des produits authentiques, elle a réussi à tenir son pari en gérant son établissement d’une vingtaine de places assises pendant 21 ans, même si elle a essayé de le faire évoluer pour en changer le concept initial .

Avril 2011 bis Au Maître casse-croûteur 01

En avril 2011 « La Moule Rieuse » et « Au Maître Casse-Croûteur » en 2015

Dans une petite salle au fond où elle avait installé des fauteuils style année 50, avec quelques magazines « design », quelques bandes dessinées des années 70 et où elle aurait souhaité faire une sorte de salon-lecture «Je suis en wifi gratuit alors on peut aussi se poser dans la journée, prendre un café, une pâtisserie…» se plaisait-elle à dire .  L’exposition de toiles d’artistes n’a pas suffit pour rentabiliser l’établissement et le concept culturel n’a visiblement pas réussi à séduire les gens de ce quartier .

Il est amusant de constater que par respect du « produit » (d’autres restaurateurs continuant à proposer des huîtres dites « grasses », donc en pleine phase de reproduction, à leur carte en juillet-août), ce restaurant est revenu à la moule, qui n’était plus « rieuse », mais d’une qualité ineffable … accompagnée de frites non-salées (sel proposé à part) que vous pouvez apercevoir derrière des frites moelleuses sur l’image ci-dessous, ayant subies 4 bains différents ; le sublime n’était pas loin .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ceci est tellement rare qu’on est en droit et presque en devoir de le faire remarquer .

Est-il vraiment nécessaire de vous préciser que ces frites proviennent de pommes de terre longuement sélectionnées et épluchées à la main pour arriver à un tel résultat ?

J’ai d’autant moins de scrupules à être dithyrambique que vous serez obligé d’attendre l’année prochaine si vous souhaitez profiter de cette occasion unique et que je pourrais continuer à profiter de ma place favorite tant que les réservations ne se feront pas quinze jours à l’avance .

J.M. MARTIN pour LPBSM

 

P.S. :

(*1)   http://moules-aop.com/

(*2)  http://www.deezer.com/profile/32594801

Deux photos de cet article proviennent de l’excellent blog :  http://www.goutsdouest.fr/goutsdouest/chefs-tables-bretagne/ce-maitre-casse-croutcoeur/

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Pas de Pluie pour le festival …

Posté par LPBSM le 5 juillet 2016

SAMSUNG DIGITAL CAMERA     Bonjour,

 

Avant que certain(e)s partent en vacances, voici,  pour ceux qui n’ont pas pu se rendre à  la fête d’O Canal ….,

 

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

(pour rappel, il suffit de cliquer sur les images pour les agrandir)

.

un résumé en images du travail du « groupe Mémoire » qui travaille depuis maintenant deux ans sur l’histoire du quartier Saint-Martin .

20160618_182754

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

20160618_182732

Copie de 20160618_185157

panneau lavoirs 3 (10) Microsoft Word - Au fil de l'Ille 02 présentation 01 quater.doc

Panneau Raoul Anthony 1 Panneau Raoul Anthony 2

Panneau 1 Canal Saint-Martin Panneau 2 Canal Saint-Martin Panneau 3 Canal Saint-Martin

SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Cette exposition a vocation à être largement diffusée sur ce quartier et sera exposée jusqu’au mardi 12 juillet à la Maison Bleue (123, bd de Verdun – RENNES ; tel : 02 99 33 75 25) puis ensuite à l’Auberge de Jeunesse (10 Canal Saint-Martin, 35700 Rennes ; Téléphone : 02 99 33 22 33) .

A la rentrée de septembre, d’autres lieux d’accueils vous seront signalés .

Je souhaite à toutes celles et tous ceux qui vont prendre leurs vacances durant ces deux mois, du soleil pour enfin sortir du côté déprimant d’un mois de juin et d’un début juillet ressemblant plus à un mois de septembre couvert de son cortège de gros nuages qu’à des mois d’été .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J.M. MARTIN pour LPBSM

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Pour revoir la « vie en roses » …

Posté par LPBSM le 29 mai 2016

Bonjour,

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

C’est en ce jour spécial, célébrant la fête des mères, que j’ai souhaité vous envoyer des ondes positives (relisez bien, je n’ai pas parlé « d’ondées ») pour louer la fête de celles qui ont veillées sur notre développement et notre éducation .

Ces quatre roses pourraient symboliser nos quatre points cardinaux, nous ramenant à la représentation intellectuelle de la découverte de notre terre qui fut, avec les diverses péripéties qu’imposait au XVIème siècle un dogmatisme religieux basé sur un géocentrisme, une véritable liberté d’expression .

Globe terrestre en 1600 BNF

 Globe terrestre de Jodocus Hondius, de 1600,  acquis par la Bibliothèque nationale en 1980 .

Liberté d’expression toute relative si l’on en juge par l’exécution de Giordano BRUNO brûlé en place publique le 17 février 1600 à Rome par l’inquisition Romaine, ou de l’abjuration du 22 juin 1633 par Galilée afin d’éviter le bûcher pour relaps .  Pourtant la thèse de Copernic n’était pas neuve car directement inspirée par celle d’Aristarque de Samos au IIIème siècle avant notre ère (-300) et du mouvement des astres identiques à ceux établis par les astronomes de l’école de Maragha aux XIIIe et XIVe siècles ; mais l’église même si elle réhabilite Galilée en 1784, n’acceptera définitivement qu’au XIXème siècle (dans les années 1820-1830) l’idée que la Terre tourne autour du Soleil .

représentation du globe terrestre au XVII -XVIII

Globe terrestre du XVIIIème siècle où l’Afrique est déjà représentée .

Mais l’histoire de ce bouquet est bien différent de celui du règne des « lumières » (même si cela est nécessaire pour voir l’éclosion des roses) puisqu’il provient du jardin d’une gente dame qui a abordé le terme « octo » dans la culture de son propre jardin de façon « Candide » .

Ce bouquet m’a été offert par Madame FROGEAIS dont l’un de ses fils, Eddy, est un animateur infatigable de  « La Plomberie »

 

image Plomberie 02

Permanences les mardis et jeudis de 14h30 à 18h30 et le vendredi de 14h à 18h00

admin.plomberie@free.fr – 07 77 99 27 52

http://laplomberieducanal.free.fr

Il fait également partie du groupe « Mémoire du quartier Saint-Martin » qui doit finir par vous proposer une exposition sur l’histoire du plus petit quartier de Rennes sur le plan spatial, mais très richement doté sur le plan culturel et historique pour ceux qui souhaitent le découvrir .

Certains beaux esprits sachant manier les vers vous dirons :

.. Mais elle était du monde, où les plus belles choses
Ont le pire destin,
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,
L’espace d’un matin…

Cela nous ramène à notre condition humaine de mortel, mais ces vers écrits par MALHERBE (mal herbe durant son siècle signifiait « mauvaise herbe ») en 1592 à l’occasion de la mort de Rosette, la fille de Cléophon, son ami normand, pour le réconforter, même s’ils nous évoquent un autre poème de Pierre RONSARD :

Mignonne, allons voir si la rose

À CASSANDRE

Mignonne, allons voir si la rose

Qui ce matin avait déclose

Sa robe de pourpre au soleil,

A point perdu cette vesprée,

Les plis de sa robe pourprée,

Et son teint au vôtre pareil.

Las ! voyez comme en peu d’espace,

Mignonne, elle a dessus la place

Las ! las ! ses beautés laissé choir !

Ô vraiment marâtre Nature,

Puis qu’une telle fleur ne dure

Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,

Tandis que vôtre âge fleuronne

En sa plus verte nouveauté,

Cueillez, cueillez votre jeunesse :

Comme à cette fleur la vieillesse

Fera ternir votre beauté.

Ronsard (1524, Vendômois)

Odes, I,17

Vous seriez tout à fait en droit de vous dire que Cassandre (fille de Priam) dans la mythologie grecque incarnait les mauvaises présages ; mais non !   Il s’agit ici d’un poème composée en 1545 après la rencontre de Pierre de RONSARD, alors âgé de 20 ans, avec Cassandre SALVATI, fille d’un riche banquier italien et dont il était éperdument amoureux .

La véritable morale qui se dégage de cet article est de profiter du moment que nous vivons sur cette terre en essayant d’en apprécier chaque instant car « le temps perdu ne se rattrape plus » (il s’agit d’un extrait de la chanson de BARBARA : « Dis quand reviendras-tu », auteur compositeur) .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J.M. MARTIN pour LPBSM

P.S. :

Même s’il aurait été souhaitable de faire une fête des Maires, pour des gens qui se dévouent le plus souvent pour que la dure tâche de la vie en commun soit la plus harmonieuse possible, le titre même de cet article n’aurait pas pu correspondre à ce qu’ils doivent subir et endurer au quotidien . 

Pour les plus dévoués, le titre de cet article aurait dû s’intituler : « la vie en rosse » …

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Si Wiki-Rennes m’était conté … (première partie)

Posté par LPBSM le 20 mai 2016

Bonjour,

 Logo Wiki-Rennes 01

Je suis une sorte d’aficionado de Wiki-Rennes que je consulte très régulièrement ; tout y semble illustré dans les normes et les références semblent sérieuses . Mais …

 Justification des images 03

Mais, il se trouve que j’ai dû travailler sur les Moulins de Saint-Martin et du Trublet, dans le cadre de la constitution de panneaux pour notre prochaine exposition financée par la Ville de Rennes sur la « Mémoire du quartier Saint-Martin » .

J’ai pu donc constater que, si l’on souhaitait y comprendre quelque chose, Wiki-Rennes, dans trois articles sur le sujet, ne faisait qu’embrouiller les dates .

Donc avant d’écrire de grosses bêtises (comme dans l’ancien article de Wiki-Rennes sur : http://www.wiki-rennes.fr/Trublet_ou_Trubl%C3%A9#cite_ref-2 en écrivant : « En 1899, Edouard Leroux déclare la démolition des deux moulins. [2] »…

Erreur 01

alors qu’Edouard LEROUX était mort depuis le 15 août 1865  …. !  De plus en 1899, c’est Laurent Zwingelstein qui était devenu propriétaire des moulins (après en avoir été le locataire pendant un peu plus d’un an) .

La manufacture en 1905

J’ai donc préféré, dans un premier temps, après avoir fait moult démarches auprès de l’association « Bug » qui se sont toutes terminées par des échecs dans le style : « on va vous rappeler » … demander à Oliver ALFERT (un participant actif de notre groupe « Mémoire du quartier Saint-Martin »),  de supprimer cette phrase qui posait un petit problème chronologique ; une sorte de petit bug … logo bugs (Logo de l’association) !

 

Dans un second temps, je vais vous proposer une petite histoire sur la chronologie des différents propriétaires de ces 4 moulins (les deux de Saint-Martin et les deux du Trublet) qui vous permettra, je l’espère, de mieux vous y retrouver .

 

Les Propriétaires :

 Avant que vous ne trouviez d’autres sources qui vous dirons ce qui semblera être en contradiction avec celles que je vous donne, il est très important de comprendre que le Moulin Saint-Martin qui appartient aux religieux de l’abbaye de Saint-Mélaine, n’est pas celui des moulins Saint-Martin (ceux que nous connaissons sous ce nom) qui appartenaient au Duc de Bretagne (mentionné dans le cartulaire de Saint-Mélaine en 1255 et qui en désigne le Duc Jean 1er dit Le Roux – 1237-1286 – comme propriétaire) .

Ce Moulin de Saint-Martin est en fait celui que nous connaissons de nos jours sous le nom de Moulin de Trublet, situé sur l’ancienne paroisse de Sain-Martin des Vignes avec les terres qui l’entourent .  Les différents abbés conserveront ce patrimoine jusqu’en 1789 .  L’église appartenait dès avant 1158 à l’abbaye de Saint-Mélaine (*1) et fut détruite en 1794 (*2) .

St Martin Abbaye de Beuron en Allemagne

Histoire de compliquer un peu les choses, les propriétaires des terrains peuvent, au cours du temps, être différents de ceux des moulins (en tant que construction) qui résident sur ces terres .

Afin de simplifier l’historique des nombreux propriétaires qui se sont succédés depuis 1255, je ne prendrai en compte que la liste depuis 1766 (juste avant la Révolution Française) car cette histoire est emblématique des grands bouleversements de la propriété comme très souvent quand le pouvoir change de main y compris et surtout dans les périodes d’occupation) .

Le 17 mai 1766 dame Pélagie LE CAS vend à François-Sébastien Gazon de-la-Maisonneuve (1661-1787, fils de Sébastien Gazon, et comme son père marchand de soie et de draps près de la rue Royale à Rennes),  les deux moulins Saint-Martin dont le moulin à seigle ne tourne plus .

Le 22 septembre 1770, François-Sébastien Gazon de-la-Maisonneuve devient Général Provincial des Monnaies au département de Rennes .

En 1787, Julien-Marie Gazon-des-Rivières (1748-1er mai 1794), le plus jeune fils de François-Sébastien Gazon-de-Maisonneuve, avocat au Parlement, hérite seul de la charge de conseiller-général-provincial des Monnaies au département de Rennes et également des 2 Moulins Saint-Martin (il y a plusieurs fils et filles dont je vous évite l’énumération) .

Le 29 décembre 1790, après avoir été un parfait royaliste, il présente une soumission d’achat du Moulin de Trublet devenus alors « bien national » .  Il s’est, bien évidemment, reconverti et est maintenant colonel de la Garde Nationale en 1792 et, le 23 septembre 1793, il sera même nommé chef de légion de la même garde . 

Bicorne de Muscardin 04

Mais le 19 février 1791, soumis aux enchères comme bien national, Le Moulin de Trublet et les prairies de Saint-Martin sont emportés, par Louis BONNAL fils, pour la coquette somme de cinq mille six cent livres (pour le moulin) et trente-quatre mille neuf cent livres (pour les prairies) .  Louis BONNAL fils deviendra président de l’administration municipale de l’an VI à Rennes .

La veuve, Julie-Marie Gazon et son fils Armand-Séverin Gazon (plus question de la moindre particule  …!) hériteront des Moulins de Saint-Martin à la mort de Julien-Marie Gazon-des-Rivières en (1794 *3) mais pas du Moulin du Trublet qu’avait réussi à acheter Louis BONNAL .

Les locataires :

Ce n’est pas parce que l’on devient propriétaire de moulins qu’on devient meunier et le 15 septembre 1812, on retrouve un bail « d’affermage » de 8 ans en faveur de Jean-Marie GOSSE qui accepte d’en payer le prix et succède ainsi à Pierre BRUNEL son prédécesseur .  Mais il n’exploite qu’un seul des deux moulins, transformé par lui en moulin à « tan » (*4) alors que le moulin à farine de froment est exploité par Olivier DEROUIN .

Au bout d’une année, le 14 décembre 1813, il sous-loue le moulin à tan à Pierre LEROUX qui doit refaire à neuf la machine à tan et ne pourra donc en jouir que le 24 juin 1813 (*5) .

Pierre LEROUX n’a plus que 7 ans devant lui pour acquérir les deux moulins de Saint-Martin en les rachetant à Armand-Séverin GAZON .

Cela sera réalisé en 1821 alors qu’il est marié à Marie-Aimée-Véronique BRIZOU depuis 1807 à Rennes (ce qui pourrait paraître n’être qu’un détail va devenir très important par la suite) .

Roue à aubes 01

 

Je vais arrêter là provisoirement cette chronologie car j’aurais prochainement un rendez-vous avec les descendants de la famille BRISOU qui devraient me renseigner sur les « tanneries Brisou » cédée en 1857 à Eugène,-Marie, PINAULT .

Avant de pouvoir démêler cet écheveau, de l’eau risque de couler de l’Ille vers la Vilaine ; voilà pourquoi je publie déjà cette première partie car certain(e)s l’attendent avec impatience .

.

J.M. MARTIN pour LPBSM


P.S. :

(*1) : « Pouillé historique de l’archevêché de Rennes » (1880-1886), volume n°6, par le chanoine Guillotin de Corson (1837-1905) .

(*2) :  Il existe en France de nombreuses églises portant le nom de Saint-Martin des Vignes (à Saint-Claude dans le Jura, à St Didier près de Lons-le-Saunier, à Périgueux et Sarlat, à Eymet entre Marmande et Bergerac, etc …)  des Saint-Martin és-Vignes près de Troyes, de Saint-Martin des champs en Yvelines, etc …

(*3) : Il a très probablement été tué le 1er mai 1794 au bois de Cicé à proximité de Bruz (marais de Cicé Blossac, prairie de la Giraudais), surpris par une bande de chouans qu’il pourchassait .  Il avait acheté aux enchères le 2 mai 1791 la chapellenie de la Gouverdière saisie comme bien national .  Il la revend le 10 avril 1794 à Mathurin Sevestre, Ingénieur des Ponts et Chaussées originaire de Rennes .  

Extrait de la Généalogie de Jean Hervé FAVRE sur Geneanet : http://gw.geneanet.org/favrejhas?lang=fr&p=julien&n=gazon .  Même si la Généalogie de Hubert de la MORINIERE nous invite à la prudence de sources non vérifiables sur le même site : http://gw.geneanet.org/hublelievre?lang=fr&p=julien+marie&n=gazon .

(*4) :  le « tan » est l’écorce de chêne, très nombreux dans la forêt de Rennes, ou de châtaignier, mis en poudre pour la préparation des cuirs car contenant des tanins concentrés ;  Les peaux étaient trempées dans des fosses à tan pendant au moins un an avant d’être travaillées .  « L’eau de jusée » est l’eau récupérée d’un premier trempage des peaux dans l’écorce de tan et utilisée pour des cuirs plus souples comme celui du veau .  Le premier jour de chaque mois, une vente publique de peaux était prodiguée dans tout l’Ouest de la France y compris à Rennes .  À la fin du XIXème siècle, l’industrie substitua le chrome au tan .

(*5) :  Il est très probable d’après l’arbre généalogique de la famille BRISOU (ou BRIZOU) que ce soit Jean-Marie BRISOU (1752-1829) qui aurait fondé la première tannerie en 1799 ou 1800 et non son fils Pierre qui n’avait que 20 ans à l’époque .  Pierre-François LEROUX (1784-1833), fils de Pierre-Jacques LEROUX (1757-1829), qui a épousé Louise Charlotte BRISOU, rentre, sans le savoir, dans l’enjeu des successions d’héritages d’une famille de tanneurs .  Pierre-François LEROUX en épousant Marie-Aimée-Véronique BRISOU en 1807, confirme ce choix de s’imposer en tant que tanneur  .  En 1813, il a 29 ans et désire non seulement broyer le tan mais s’en servir aussi comme combustible pour la future tannerie qu’il à l’intention de créer à la place des 2 moulins de Saint-Martin .  

imgp6518redimensionner.jpg

La plupart des références sérieuses sont tirées de :

Les moulins Saint-Martin, par Annik Pelhâte-Peron, dans « Des Moulins du Pays de Rennes ». Université du Temps Libre du Pays de Rennes. UTLA de Bretagne – Vol.6 – oct. 1999 (pp. 51 à 81)

et de :

Les moulins de Trublet, par Annik Pelhâte-Peron, dans « Des Moulins du Pays de Rennes ». Université du Temps Libre du Pays de Rennes. UTLA de Bretagne – Vol.6 – oct. 1999 (pp. 83 à 108)

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Pour votre prochain Week-end

Posté par LPBSM le 11 mai 2016

Bonjour,

Comme chaque année, le festival de Jazz de Tinténiac se modernise avec des nouveautés :

 

BoogieSwing137-A5_v10 (2)_page_001 BoogieSwing137-A5_v10 (2)_page_002 BoogieSwing137-A5_v10 (2)_page_003  BoogieSwing137-A5_v10 (2)_page_004

 

              Pass 3 concerts : 40€

         Réservations concerts : 02 99 68 18 68 ou BoogieSwing137@gmail.com  

        

 Buvette et restauration sur place le samedi 21 mai 2016 à partir de 18h30

Soirée de gala « Quand le jazz vous donne l’envie irrésistible de bouger ! »

Espace « Ille et Donac » :  Rue Saint Mirel Tinténiac

Tinténiac plan n)1 Tinténiac plan n)2

 Espace Ille et Donac  à Tinténiac – 20h30 – 20€ 

 FRANK MUSCHALLE TRIO, formation internationale composée de FRANK MUSCHALLE, 

 un des plus fins pianistes allemands, accompagné de ses deux indispensables complices :  

 DANI GUGOLZ, contrebassiste et chanteur suisse et PETER MÜLLER, batteur autrichien.

 JEAN-PIERRE BERTRAND, « Maître ès Boogie », à l’origine du « revival » de ce style en France.

 SERGE RAHOERSON, la voix mélodieuse du saxophone, également pianiste et batteur.

 GILLES CHEVAUCHERIE à la contrebasse.

 « LES RATS DE CAVE », compagnie de danse Swing / Be bop, typique des caves de jazz 

 de St Germain des Prés des années 50.

 Avec la participation du GILLES BLANDIN TRIO.

Bon week-end musical à toutes et à tous .

J.M. MARTIN pour LPBSM

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Mais pourquoi … ?

Posté par LPBSM le 31 janvier 2016

Bonjour,

 Pont Jean Jaurès - sur les abris bus il est marqué République

photo représentant les arrêts de la ligne n°12 sur le pont Jean Jaurès au premier plan .

J’ai dû laisser plusieurs lectrices et lecteurs sur des points d’interrogations dans mon dernier article  : http://lepetitblogdesaintmartin.unblog.fr/2016/01/04/voeu-pieu-ou-histoire-denfoncer-le-cloud/ .

Pourquoi les chauffeurs de bus ne savent pas qu’il s’agit du pont jean Jaurès ?   Tout simplement parce que sur les arrêts d’abri-bus, le nom marqué est : « République » .

Mais alors, pourquoi le pont de Berlin a-t-il été rebaptisé : pont Jean Jaurès ?  Et pourquoi s’appelait-il avant le pont de Berlin ?

Jean JANVIER, représentant du parti radical, est élu maire de Rennes le 10 mai 1908 jusqu’au 26 octobre 1923 date de sa mort à l’âge de 64 ans ; il succédait à Eugéne PINAULT .

Jean Janvier en 1914

Jean JANVIER en 1914

Le 28 juillet 1914, alors que la France entre en guerre contre l’Allemagne, des voix déjà s’élèvent pour demander à la municipalité de Rennes de changer les noms du pont de Berlin et de la rue qui y mène :

« Nous avons à Rennes la rue de Berlin. Se peut-il que ce nom soit maintenu ? Plusieurs de nos concitoyens ont pensé que non. Et ils ont écrit à la municipalité pour lui demander de débaptiser la rue de Berlin. » (L’0uest-Éclair du 15 août 1914).

Cependant, Jean JANVIER n’est pas pour .   Pourquoi ?

Cette dénomination rappelle pour lui, l’entrée triomphale de Napoléon en 1806 dans Berlin, après les défaites d’Iéna mais surtout d’Auerstaedt de l’armée prussienne, où l’empereur des français (depuis le 2 décembre 1804 (*1))  fait défiler ses troupes sous la porte de Brandebourg ornée d’un très beau quadrige (*2) .  Seul le Kaiser (*3) avait ce privilège ; tout un symbole .  Après ce défilé, le quadrige fut descendu de la porte et envoyé par Napoléon à Paris comme butin .

Le quatrige de la porte de Brandebourd à Berlin

Tableau de Charles MEYNIER (1763-1832) représentant

les troupes impériales défilant sous la porte de Brandebourg à Berlin

« Elle pourrait même évoquer à l’avenir un nouveau triomphe, celui des poilus marchant sur la capitale allemande », dira-t-il devant le conseil municipal .  Mais la guerre, prévue pour être courte et victorieuse, s’enlise dans les tranchées et devient longue et parfois abominable voire monstrueuse . 

 « Passer rue de Berlin quand on lutte contre les « Boches » depuis douze mois, quelle horreur et quelle dérision ! », écrira Pierre du Mail dans L’Ouest-Éclair du 19 août 1915 .

Le 17 décembre 1915 le conseil municipal cèdera et renommera la rue et le pont de Berlin, respectivement : Rue Jean Jaurès et pont Jean Jaurès .

Jean Jaurès assassiné le 31 juillet 1914 La une de l'Humanité titrant sur la mort de son directeur le 1er août 1914

Jean Jaurès (1859-1914) assassiné le 31 juillet 1914 et la Une de l’humanité titrant le 1er août sur l’assassinat de son directeur

Mais pourquoi le choix de Jean Jaurès ?

Jaurès a été assassiné, il y a un peu plus d’un an, par Raoul VILLAIN .  Cet assassinat, qui a lieu trois jours avant le début de la Première Guerre mondiale, a précipité le déclenchement des hostilités en permettant le ralliement de la gauche y compris de certains socialistes qui hésitaient à voter pour l’«Union Sacrée» .

Raoul Villain -1885-1936

Raoul Villain  1885-1936 fusillé par les anarchistes espagnols à Ibiza

où il s’était retiré pendant la guerre d’Espagne .

Petit détail croustillant, Villain sera acquitté le 29 mars 1919, par onze voix pour et une voix contre, le président du tribunal ordonnant sa mise en liberté immédiate (il avait été incarcéré durant toute la guerre à la prison de la Santé) et l’honorant pour avoir été un bon patriote .  La Cour condamne la partie civile aux dépens du procès envers l’État .  Madame Jaurès est donc condamnée à payer les frais de justice … !

Les quais de la Vilaine 07.jpg en 1911   c

En espérant avoir réussi à effacer tous ces points de questionnement, j’espère que vous ne ferez plus le pont sans avoir envie de partager votre savoir avec ceux qui l’ignorent encore afin de leur donner l’impression d’avoir gagné le pompon ou le bon pont .

.

.

J.M. MARTIN pour LPBSM

.

P.S. :

(*1) Napoléon se fait sacrer, ou pour être plus exact se sacre lui-même, empereur en l’église Notre Dame de Paris le 2 décembre 1804 ; sacre immortalisé par Jacques-Louis DAVID, peintre officiel du nouvel empereur, sur une toile de 10 mètres sur six ; toile qu’il estimera définitivement terminée en 1808 .

Sacre de Napoléon et de l'impératrice Joséphine le 2 déc 1804  à ND de Paris peint par JL David entre 1806 et 1807

Toile du sacre commencée en 1804 et terminée officieusement en 1807

Pour plus de détails voir :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Sacre_de_Napol%C3%A9on

(*2)  En 1793, la porte de Brandebourg est couronnée du quadrige de Johann Gottfried Schadow (1764-1850) figurant la déesse de la Victoire sur un char tiré par quatre chevaux .  Après la victoire des troupes alliées contre Napoléon en 1815, le quadrige a été retrouvé par les troupes du général Blücher encore emballé dans des caisses, et renvoyé à Berlin .

(*3) Le Kaiser François II  est couronné roi de Hongrie à Buda le 6 juin 1792, élu empereur des Romains le 7 juin 1792, puis couronné à Franckfort-sur-le-Main le 14 juillet 1792 ; il est couronné roi de Bohême le 5 août 1792 .

Kaiser Fraçois II de 1804 à 1806 François II empereur des Romains puis à partir du 11 août 1804 François Ier d'Autriche

François Ier d’Autriche
peint par Friedrich von Amerling .

Neveu de Marie-Antoinette, il se trouvera engagé dès le commencement de son règne dans un conflit contre la France qui durera pendant vingt-trois ans .  L’Autriche sera battue partout et François II se verra contraint de signer en 1797 le traité de Campo-Formio qui lui enlèvera les Pays-Bas autrichiens, la Lombardie et donnera à la France toute la rive gauche du Rhin absorbant les électorats de Trèves, de Cologne et une grande partie de celui du Palatinat du Rhin .   À titre de dédommagement, l’Autriche recevra la république de Venise .

Ayant repris les armes, il sera de nouveau battu à Marengo et Hoenlinden, puis perdra, par le traité de Lunéville en 1801, toutes ses possessions sur la rive gauche du Rhin .  Dans une troisième campagne, en 1805, il sera encore battu à Ulm, à Austerlitz, et sera obligé de signer la paix de Presbourg qui diminuera encore ses possessions .

Le 12 juillet 1806, il doit renoncer au titre d’empereur des Romains et devient empereur d’Autriche sous le nom de François Ier .

Il tentera une quatrième fois de s’imposer par les armes en 1809 et sera encore battu à Eckmühl et à Wagram se voyant contraint de demander la paix de Schönbrunn .  Pour éviter le pire, il mariera sa fille, Marie-Louise d’Autriche, à l’empereur Napoléon Ier .

Le dernier des Kaiser fut Guillaume II empereur d’Allemagne Guillaume II le Kaiser empereur d'Allemagne (1859-1941) troisième et dernier empereur allemand et neuvième et dernier roi de Prusse, qui abdiquera officiellement le 9 novembre 1918 (le traité d’abdication ne sera signé que le 28 novembre 1918) alors qu’il résidait au château de la Fraineuse, à Spa .  Puis, il se réfugiera à Doorn, aux Pays-Bas, protégé par la reine Wilhelmine .  Ainsi, il ne sera pas livré aux vainqueurs pour être jugé comme responsable de la première guerre mondiale conformément aux souhaits de ses ennemis alliés  .

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

12345...7
 

Association de parents d'él... |
amies16 |
Blog de l'association TRAIT... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BRESSOLS.BRIAL VERLHAGUET -...
| Association PPCBL
| Section CFDT de Sofradir