Les Jacobins … Pourquoi ? (n°2)

Posté par LPBSM le 29 juin 2011

Bonjour,

Pourquoi faire un numéro deux (n°2) alors que l’article numéro un (n°1) sur les Jacobins semblait suffisamment étoffé ; mais il n’avait pas été évoqué le fait que le samedi avait lieu, à Rennes, une manifestation importante, essentielle pour la ville et hebdomadaire :

Je veux parler du marché des Lices .

Ce jour là (tous les samedi matin qui débordent très largement sur l’après-midi), l’accès à la rue Saint Louis (qui permet le passage à la rue d’Echange par le quai Saint Cast) est impossible à prendre par la place du Bas de Lices et le petit tronçon de la rue de Juillet, ce qui est normal pour que les piétons puissent circuler en toute sécurité et faire leur marché .

.Les Jacobins ... Pourquoi ? (n°2) placedeslicesruedesinnocentsruedejuilletetruesaintlouis1

Ici, la Place du Bas des Lices se trouve en bas sur le côté gauche de la vue aérienne ; on reconnaît facilement la forme carrée des bâtiments du couvent des Jacobins, avec son cloître au milieu, en haut à droite sur l’image (cliquez sur l’image pour l’agrandir) .

Le samedi est également un jour particulièrement prisé pour les congrès et autres manifestations qui comptent sur les week-ends pour remplir une salle de concert (car cet édifice contiendra deux auditoriums) .  Comment la ville pourra louer ces salles alors que son abord sera si difficile pour installer l’infrastructure d’un concert (par exemple), qu’il découragerait n’importe quel participant (je veux parler du, ou des loueurs de salle, potentiels) .

Si ces salles ne sont pas rentabilisées par manque d’accessibilité qui payera la facture d’entretien de cette structure … ?

Le ridicule ne tue pas ! (*1) Et parfois cela semble bien regrettable car cela éliminerait les « bras cassés » qui veulent gérer des problèmes au-dessus de leur compétence .

Sans souhaiter, bien évidemment, la mort de quiconque, la solution pour éliminer les individus qui prennent ce genre de décision et qui nous coûtent cher puisqu’ils sont rémunérés pour de si piètres résultats, voire de naufrages prévisibles, ne semble à ce jour que passer par les urnes dans notre système démocratique qui nous assure « une relative paix sociale » .

Je souhaiterais cependant que les plus responsables au sein de cette municipalité puissent prendre des correctifs transformant cet équipement en un élément de véritable utilité publique dont le coût de l’entretien serait diminué par sa fréquentation payante et ne nécessiterait pas une disponibilité de circulation obligatoirement gênée les jours de marché .

Je regrette que cette municipalité, qui a mis en place l’instauration d’habitants référents dans les différents quartiers, n’arrive pas à faire participer ces dits « référents »  à des décisions qui engagent pécuniairement tous les citoyens .

Cette paresse démocratique (je sais par expérience qu’il n’est pas facile d’organiser des réunions pour obtenir la disponibilité de tout le monde, mais pourtant, lorsque le problème engage ce que paye chaque citoyen sous forme d’impôts, il serait normal d’y associer les payeurs)  devrait se « payer » dans les urnes ; si donc le sens de la logique du citoyen de base ne suffit plus à faire entendre raison à une municipalité qui se réclame de plus en plus du populisme en ridiculisant la participation de bénévoles qui passent leur temps et leur argent (la municipalité n’est même pas capable de payer un carnet de métro par an à tous les bénévoles qui se déplacent à leur frais pour participer aux diverses commissions de la ville) pour essayer d’améliorer notre vie citoyenne, cette attitude reviendra comme un boomerang sur de bonnes idées lancées mais dont l’application sera un jour, malheureusement, constatée comme décevante .

J’ignore quand ; mais un parti qui limite la possibilité d’expression des idées pour se replier sur sa majorité constituée (voire constitutionnelle) devrait être conduit à mécontenter sa « majorité de base » et devenir minoritaire s’il persiste dans cette attitude dans un avenir indéterminé (je n’ai aucun penchant à jouer les fakirs, les devins ou les diseurs de bonne aventure) .

Je réitère cependant l’affirmation suivant laquelle nous ne sommes absolument pas contre le fait de faire rénover les « Jacobins », plutôt que de les voir se dégrader au fil du temps ; mais, comme nous sommes pragmatiques, vouloir justifier cette rénovation en en faisant un Palais des Congrès qui, pour bien fonctionner, devrait être d’un accès facile par les cars, les voitures, les camionnettes des prestataires de service et de celles de l’approvisionnement en produits frais (puisqu’il est prévu d’y intégrer un restaurant d’envergure(*2)), ne semble pas avoir été suffisamment réfléchie .

.plandecoupedupalaisdescongrs1

(*2) Plan de coupe vu de la rue d’Echange où toute la façade en grisé est celle du restaurant surplombant la rue .

Comme je ne peux pas supposer un instant qu’une telle décision n’ait pas été mesurée, pesée et réexaminée de nombreuses fois, je suis obligé d’en déduire que l’envie d’acquérir un Centre des Congrès (qui manquait à Rennes), et celui de rénover un édifice qui se dégrade en plein centre-ville, ont été délibérément choisies et amalgamées .

Le véritable problème est que nous ressentons plus un effet d’annonce électoraliste que la pure volonté de rechercher à résoudre un problème qui se posait pour le statut de capitale de la Bretagne et de la ville .

  Tout y est ; mais ce n’est pas situé au bon endroit .

J’ai été congressiste (même si, à ce jour, je le suis de moins en moins) et je sais ce que cherche un congressiste quand il vient dans une ville qu’il ne connaît pas ; en premier lieu trouver son hôtel (voire son hébergement) pour y débarquer ses bagages ; en second lieu, comment rallier le lieu où se passe le congrès .

Or, même si le métro a le mérite d’exister à Rennes, il ne dessert pas tous les hôtels de la ville .  De plus, les prestations les plus économiques se trouvent sur la route nationale 157, via Cesson-Sevigné .

Quand Madame Pascale LOGET (RME), devant une assemblée de citoyens rennais non encartés, vient nous dire que le futur Centre des Congrès pourra être rallié par le métro, on entend plus du psittacisme que le produit d’une réflexion personnelle ; la question posée étant : « Comment les divers prestataires de service pourront-ils accéder à cet édifice ? » .

On imagine fort bien le plombier venir en métro avec son lavabo sous le bras et le représentant en photocopie avec un nouveau photocopieur sur ses genoux dans le métro .

Madame Pascale LOGET est toujours vivante (c.f. : (*1)supra) ; j’en suis ravi car elle défend des problèmes qui me tiennent à coeur et semble plutôt sympathique ; mais énoncer de telles bêtises, sans avoir au moins à en rougir, me pose de graves problèmes sur le fonctionnement de notre municipalité (cette personne est décisionnaire (c’est-à-dire qu’elle vote) sur les projets d’urbanisme au sein du conseil municipal (elle est, en outre,  Conseillère à Rennes Métropole et Vice-présidente du Conseil Régional de Bretagne) .

Quand vous lisez ensuite une superbe prise de position sur le blog de RME (Rennes Métropole Ecologie) à savoir :

« Le XXIe siècle doit être le siècle de l’anticipation et pas seulement, comme l’a été le XXe siècle, le siècle de la réaction : il s’agit non plus de répondre à tel ou tel problème mais bien de faire en sorte d’éviter que n’apparaissent ces problèmes . »

(si vous cliquez sur le texte cela vous renverra sur le blog de RME où vous pourrez lire la phrase en question)

On est en droit de se demander s’il n’y aurait pas une sorte d’inadéquation entre la pensée retranscrite d’un côté (comme une belle profession de foi) et  le discours contradictoire tenu en assemblée publique de l’autre, sur un naufrage prévisible et un futur gouffre financier qu’on vient défendre .

Je suis obligé de m’auto-censurer pour ne pas en dire plus, puisque ce blog est une publication attaquable sur le plan judiciaire, mais je pense que l’essentiel est suffisamment explicité pour que nous comprenions tous l’enjeu du problème .

J’espère qu’il n’y aura pas de numéro trois (n°3), ce qui signifierait que la raison ait enfin retrouvé droit de « Cité » .

J.M. MARTIN pour LPBSM

 

 

 

 


 

 

   

 

 

 

Publié dans Non classé | 3 Commentaires »

 

Association de parents d'él... |
amies16 |
Blog de l'association TRAIT... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BRESSOLS.BRIAL VERLHAGUET -...
| Association PPCBL
| Section CFDT de Sofradir