Enfin … BioAgroPolis est !

Posté par LPBSM le 5 mars 2013

Bonjour,

 

Nous venons de lire le 100 ème « NOUS, VOUS, ILLE » où nous avons trouvé un article qui nous concerne tous, en page  6 et 7, sur BioAgroPolis rédigé par Corinne DUVAL .

 

.Enfin ... BioAgroPolis est  !   nous-vous-ille-mars-avril-2013-218x300

.Nous Vous Ille mars-avril 2013

 

.nous-vous-ille-agropolis00021

.Nous Vous Ille BioAgroPolis – pour consulter la page n°7 (la suivante et la suite de l’article) se reporter au journal ou cliquez sur ce lien .
.
.
.
 Fougères et  Javené sont bien à l’est de Rennes ce qui justifie totalement le titre de notre article .

 

 

L’article de « Nous, Vous, Ille »  est bien écrit même s’il y manque quelques petits détails .

ANSES  (prononcez An’sés) pour Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail ; alors allez vous me dire pourquoi ANSES et non pas ANSS ? 

Si vous réfléchissez, vous vous apercevrez que « An SS » pouvait porter à confusion encore aujourd’hui .

L’ANSES emploie 100 personnes .

 

ISAE, Institut en Santé AgroEnvironnement ; à ne pas confondre avec ISAE :

L’ISAE emploie 70 personnes .

 

AFSSA, Agence Française de Santé Sanitaire de l’environnement et du travail (maintenant fusionnée avec L’ANSES ; quand on clique sur le site de L’AFSSA on tombe actuellement sur le site de L’ANSES) .  Pour l’historique de l’institution, nous avons préféré vous mettre en lien (en bleu-vert sur le nom AFSSA) l’article de Wikipédia .

 

Nous avons également trouvé à l’intérieur de cette édition, et particulièrement apprécié, un dépliant des sapeurs pompiers d’Ille et Vilaine donnant des conseils de prévention afin de limiter les risques d’incendie à l’intérieur des habitations . 

.pompier

http://sdis35.fr/fr/les-conseils-de-prevention.html

logo_interieur_seul

Conseil de prévention n°1     ainsi que    Conseil de prévention n°2  et  Conseil de prévention n°3    (à cliquer)

En tant que représentant du quartier Saint-Martin auprès du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, nous ne pouvons qu’apprécier cette initiative citoyenne et pensons qu’il serait utile de voir cette plaquette affichée sur un encart consultable en recto et en verso dans chacun des tableaux d’affichage de chaque immeuble de la ville .

 

 Aujourd’hui, il n’y a que des critiques positives .  Ce n’est pas tous les jours le cas et il faut savoir en profiter .

 

J.M. MARTIN pour LPBSM

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Panem et circenses

Posté par LPBSM le 3 mars 2013

Panem et circenses  (prononcez cette expression latine « Pas nème’ êtes ‘cire cène cesse ») (traduction mot à mot : Du Pain et des jeux du cirque) .

.Panem et circenses cirque_romain_pano

.Le cirque romain avec ses courses de chars

Cette expression est une critique directe de l’attitude des empereurs romains ou des sénateurs qui voulaient se faire réélire et qui distribuaient du pain et offraient à grand frais des jeux pour s’attirer la considération voire la complaisance de l’opinion populaire .

 

.800px-amphitheater_trier_und_circus

.Le cirque avec ses courses de chars et l’amphitéâtre parfois avec ses combats de gladiateurs (dans un amphithéâtre, c’est uniquement la partie sablée pour les jeux et les combats qui s’appelait « Arène ») .
Sur la photo ci-dessus, on voit un aqueduc qui amène l’eau à une grande citerne près de l’amphithéâtre ; la raison en est justifiée  ci-dessous .

Pétrone, dans son Satyricon nous apprend qu’au cirque, « l’hydraule » accompagnait les courses de chars .   Cet orgue inventé par un Grec d’Alexandrie, du nom de Ctésibios, au IIIe siècle av. J.-C.,  fonctionnait avec de l’eau (celle-ci servant à égaliser la pression de l’air) et reçut le nom d’hydraulos, ou hydraule, c’est-à-dire « l’aulos qui fonctionne avec de l’eau »;  l’aulos étant une sorte de double flute utilisée par les grecs pour accompagner des poésies lyriques :

.

220px-banquet_euaion_louvre_g467_n2
Détail d’une coupe attique, montrant un garçon jouant du aulos en gonflant les joues. 460 av. J.-C. Musée du Louvre

 

Si vous avez lu l’article sur les Horaces et les Curiaces dans  http://nefermezpassaintmartin.unblog.fr/2013/03/01/horaces-et-curiaces-par-jean-michel/

de  Jean-Michel, voici une seconde remarque toute aussi intéressante :

Les deux armées se mettent de chaque côté du champ de bataille et tout le monde est captivé par l’action qui se déroule .  Ce sont les prémices des jeux du cirque ou de nos matchs de football .   Le peuple et l’armée deviennent alors spectateurs de la guerre .  Avec une armée de métier, le peuple qui n’est plus engagé par ses enfants engagés dans le conflit, devient de plus en plus spectateur .

 

.lens122if1

.Les tribunes du stade ou du cirque moderne ?  (il vous suffit de cliquer sur l’image pour obtenir l’ambiance du stade; après avoir obtenu Youtube, faites retour arrière avec la flèche du haut et vous reviendrez sur cet article)

 

.fans-lens

.Les drapeaux ou les gonfanons (*) ; c’est très prenant (à vérifier en cliquant sur l’image) . 

 

 

Je pense que cette vieille recette romaine : « donner du pain et des jeux » pour que le peuple se tienne tranquille, est ce qu’applique aujourd’hui cette municipalité .    Elle y ajoute : donner à bas prix des appartements dans des collectifs en ville ; le seul problème, c’est qu’à bas prix signifie de mauvaise qualité et qu’à l’euphorie du début succède l’insupportable de la non gestion des problèmes qui en découlent .  Jean-Yves CHAPUIS a beau nous dire que les barres de Villejean sont remarquables sur le plan architectural pour l’époque, il n’en reste pas moins que le taux de suicide des adolescents vivants dans ces barres sont statistiquement les plus important de la ville de Rennes .

.sppr12-photo-chapuis-violeaunb2-611x350

.Jean-Yves CHAPUIS architecte et vice-président de l’AUDIAR

 

    http://www.placepublique-rennes.com/2011/07/jean-yves-chapuis-le-citadin/

 

 

Plus inquiétant sont l’incapacité de la municipalité à éradiquer les dealers de drogue en centre ville, le manque de moyens donné à ceux qui voudraient faire appliquer la loi sur le fait que des chiens tels que les pitbulls devraient porter une muselière en ville (on attend sans doute un nouveau drame d’une gamine égorgée pour faire semblant de réagir …), mais cette municipalité préfère employer nos contributions à produire de belles publications où tous les articles disent que Rennes est une ville merveilleuse (où le patrimoine architectural est presque laissé à l’abandon voir le palais Saint-Georges, pour ne parler que de celui-là)  très accueillante surtout pour tous les rejetés des communes alentours, mais incapable de recevoir un grand nombre de congressistes car sa structure hôtelière n’est malheureusement pas comparable à Saint-Malo ; cependant elle a la prétention de rentabiliser un palais des congrès qui fonctionnera bien évidement à perte (ce qui signifie que nous comblerons par nos impôts ce déficit)  car difficilement accessible des hôtels en périphérie pour gagner le plein centre ville par les congressistes (une seule ligne de métro ne peut pas tout desservir) .    

.800px-rennes_-_6_mai_2012_d_delaveau-300x225

.Daniel DELAVEAU

 On comprend ainsi beaucoup mieux pourquoi notre futur ancien maire soit, avant terme, démissionnaire de son mandat pour s’être lancé dans la seconde ligne de métro (ce qui était très bien mais déjà énorme) et en plus la réforme de l’axe Est-Ouest, La Courrouze, la Zac Armorique, la transfiguration du Quartier de la Gare (45 ha), les contrats signés pour le 13 ème quartier (40 000 habitants – 40 000 emplois disait son slogan) les engagements sur le treizième quartier de Rennes étant déjà signés pour certains ce qui devrait amener à Rennes l’équivalent de la population de Saint-Brieux pour 2040 (nom du projet : Via Silva 2040)  ;  à force de vouloir tout réaliser en même temps (sauf le sauvetage de l’ancienne culture ou des bâtiments qui la représente) et je pense ici à « Beauregard » qui n’en porte plus que le nom (ces ensembles étant tristes à mourir par manque de diversité) .

Mais qui va être capable d’acheter tout ça dans un contexte de pouvoir d’achat qui se restreint de toute part ?  On baisse les bras quand on ne peut plus payer …

C’est peut-être ce qui vient de se passer à cause d’une trop grande ambition de réalisations non assez échelonnées dans le temps .

L’exemple des économies de vies (celui des Horaces et des Curiaces) ne s’applique plus du tout à celui de la ville de Rennes qui actuellement dépense au-delà de ses possibilités .  Etrange, ne trouvez-vous pas ?



 A méditer .  J.S. CACHE pour LPBSM

 

(*)  Le drapeau de l’ordre du Temple était appelé le gonfanon baucent .  Baucent, qui signifie bicolore, avait plusieurs graphies : baussant, baucent ou balcent .  C’était un rectangle vertical composé de deux bandes, l’une blanche et l’autre noire, coupées au tiers supérieur .  Porté en hauteur au bout d’une lance, il était le signe de ralliement des combattants templiers sur le champ de bataille, protégé en combat par une dizaine de chevaliers .  Celui qui en était responsable était appelé le gonfanonier .  Selon la circonstance, le gonfanonier désignait un porteur qui pouvait être un écuyer, un soldat turcopole ou une sentinelle .  Le gonfanonier chevauchait devant et conduisait son escadron sous le commandement du maréchal de l’ordre .

.beaucent_1-79x300 beaucent-_3-99x300 trois-differentes-formes-de-gonfanon-beaucent-75x300

http://www.templiers.net/symbolique/index.php?page=baucent-et-gonfanon

Le gonfanon devait être visible en permanence sur le champ de bataille et c’est pourquoi il était interdit de l’abaisser .  Ce manquement grave au règlement pouvait être puni par la sanction la plus sévère, c’est-à-dire la perte de l’habit qui signifiait le renvoi de l’ordre .  Selon l’historien Georges Bordonove, lorsque le gonfanon principal tombait parce que son porteur et sa garde avaient été tués, le commandeur des chevaliers déroulait un étendard de secours et reprenait la charge .  Si celui-ci venait à disparaître à son tour, un commandeur d’escadron devait lever son pennon noir et blanc et rallier tous les Templiers présents .

Si les couleurs templières n’étaient plus visibles, les Templiers survivants devaient rejoindre la bannière des Hospitaliers .  Dans le cas où celle-ci était tombée, les Templiers devaient rallier la première bannière chrétienne qu’ils apercevaient .

Le gonfanon baucent est représenté dans les fresques de la chapelle templière  San Bevignate de Pérouse en Italie .  La bande blanche se situe dans la partie supérieure. Il est aussi dessiné dans la chronica majorum, les Chroniques de Matthieu Paris en 1245 .  Dans ce cas, la bande blanche se trouve dans la partie inférieure .

Dans l’image ci-dessous, il s’agit de « flammes baussannes » dont parle la Chronica Italiana (XIIIe siècle), qui étaient portées sur le haut des lances des sergents et des turcopoles, ce que confirme Guillaume de Tyr .

.beaucent-flamme

 http://www.templiers.net/symbolique/index.php?page=baucent-et-gonfanon

 

 .gonfanonier-286x300

 Le gonfanon ou gonfalon (en ancien français, confenons) est un morceau d’étoffe quadrangulaire, comme la bannière, ou terminé par des pointes. Il était attaché à la hampe ou au fer d’une lance et pouvait y être enroulé. On disait, fermer le gonfanon, pour l’attacher à la hampe. L’orthographe gonfalon — et gonfalonier ou gonfalonnier pour le porteur — est également très fréquente, bien que l’étymologie fasse préférer gonfanon .

L’ancien français venait lui-même du latin du latin Gonfanono composé de Gonto = monter et de Fanum = temple .

.

.

.

Publié dans Non classé | 2 Commentaires »

 

Association de parents d'él... |
amies16 |
Blog de l'association TRAIT... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BRESSOLS.BRIAL VERLHAGUET -...
| Association PPCBL
| Section CFDT de Sofradir